Le gouvernement veut-il en finir avec les auto-entrepreneurs ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

En parlant de “concurrence déloyale” envers les artisans, Sylvia Pinel, ministre déléguée à l’Artisanat, au Commerce et au Tourisme, a provoqué la colère des auto-entrepreneurs. Elle a également annoncé des “ajustements” pour ce statut. Entre le gouvernement et les auto-entrepreneurs, désormais, le torchon brûle

La phrase les a fait bondir. Quand Sylvia Pinel, ministre déléguée en charge de l’Artisanat, du commerce et du Tourisme, a déclaré que le régime d’auto-entrepreneurs “avait conduit à créer dans certains secteurs, notamment le commerce et l’artisanat, une concurrence déloyale avec les professionnels qui sont soumis à des règles sociales et fiscales et des normes différentes” et que des “ajustements (au dispositif) seraient apportés”, les auto-entrepreneurs ont vu rouge.

“On nous prend pour des idiots!”

“Nous ne faisons pas de dumping social, s’est défendu Cyril Darrigade, vice-président de la Fédération des auto-entrepreneurs (Fedae). Nous avons envoyé un courrier au ministère du Redressement productif afin de faire entendre notre position et d’amorcer un dialogue. Résultat : aucune réponse et cette attaque maladroite et méprisante qui va à l’encontre du message de concertation annoncé par le gouvernement. On nous prend pour des idiots !”

Plus que le fond et la perspective des ajustements, c’est la forme qui passe mal. Du côté du cabinet ministériel, on maintient les termes de ” concurrence déloyale ” sans toutefois donner plus de détails avant la parution d’un communiqué de presse (que nous n’avons toujours pas reçu à l’heure où nous bouclons cet article).

Le début de la fin?

Et si ce qui ressemble à une Guerre picrocholine était en fait le premier acte de la fin du statut créé en 2009 ? En tout cas sous sa forme actuelle. Le reproche de distorsions de concurrence est un grief récurrent adressé par le monde de l’Artisanat aux auto-entrepreneurs.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande lui-même n’avait pas caché ses réserves face au statut parlant lui aussi de ” concurrence déloyale ” en raison notamment du système fiscal avantageux et sa volonté de le réformer sans toutefois le supprimer.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.